Blaise Cendrars AudioVisuel

IMAGCendrarsMosaic.jpg


BLAISE CENDRARS - AUDIO VIDEO

http://flenet.unileon.es/docauteurs4.htm#Cendrars

 

« Je m’empresse de dire que la guerre ça n’est pas beau et que, surtout ce qu’on en voit quand on y est mêlé comme exécutant, un homme perdu dans le rang, un matricule parmi des millions d’autres, est par trop bête et ne semble obéir à aucun plan d’ensemble mais au hasard. A la formule marche ou crève on peut ajouter cet autre axiome : va comme je te pousse ! Et c’est bien ça, on va, on pousse, on tombe, on crève, on se relève, on marche et on recommence. De tous les tableaux des batailles auxquelles j’ai assisté je n’ai rapporté qu’une image de pagaïe. Je me demande où les types vont chercher ça quand ils racontent qu’ils ont vécu des heures historiques ou sublimes. Sur place et dans le feu de l’action on ne s’en rend pas compte. On n’a pas de recul pour juger et pas le temps de se faire une opinion. L’heure presse. C’est à la minute. Va comme je te pousse. Où est l’art militaire là-dedans ? (La Main coupée  B.Cendrars)

 

Litterature Francophone: Blaise Cendrars  -  Campus Education

 

Source:  LITTÉRATURE FRANCOPHONE AUDIOVISUELLE



Commentaire n°1 posté par cend1 le 26/01/2011 à 18h13

Pâques, Cendrars, poésie et siamois

 

Voici le troisième élément du diaporama (cliquez ici pour atteindre ce diaporama) du «Magazine Littéraire» dont je vous ai parlé .

Il s'agit de Blaise Cendrars et de son chat siamois.
Si je vous présente aujourd'hui, veille de Pâques, cette photo de Cendrars, c'est qu'il a écrit un poème important pour la poésie de langue française (Cendrarsest né Suisse) parce que ce poème, comme «Zone» d'Apollinaire (né Monégasque et fils d'Italien et de Polonaise), faisait entrer celle-ci dans la modernité.
Ce poème s'intitule «Les Pâques à New York».

Les Pâques à New York

 

Seigneur, c'est aujourd'hui le jour de votre Nom,
J'ai lu dans un vieux livre la geste de votre Passion

Et votre angoisse et vos efforts et vos bonnes paroles
Qui pleurent dans un livre, doucement monotones.

Un moine d'un vieux temps me parle de votre mort.
Il traçait votre histoire avec des lettres d'or

Dans un missel, posé sur ses genoux,
Il travaillait pieusement en s'inspirant de Vous.

À l'abri de l'autel, assis dans sa robe blanche,
Il travaillait lentement du lundi au dimanche.

Les heures s'arrêtaient au seuil de son retrait.
Lui, s'oubliait, penché sur votre portrait.

À vêpres, quand les cloches psalmodiaient dans la tour,
Le bon frère ne savait si c'était son amour

Ou si c'était le Vôtre, Seigneur, ou votre Père
Qui battait à grands coups les portes du monastère.

Commentaire n°2 posté par cebdr2 le 26/01/2011 à 18h18

Blaise Cendrars et le Brésil

Blaise Cendrars est accueilli en héros quand il débarque au Brésil, en février 1924. A Sao Paulo, comme à Rio de Janeiro, les deux grandes villes brésiliennes, son arrivée est saluée en gros titres à la une des journaux « Bienvenue au grand poète français ...

avec : Claude Leroy

cette émission est disponible en écoute à la carte

Blaise Cendrars est accueilli en héros quand il débarque au Brésil, en février 1924. A Sao Paulo, comme à Rio de Janeiro, les deux grandes villes brésiliennes, son arrivée est saluée en gros titres à la une des journaux « Bienvenue au grand poète français Blaise Cendrars, artiste mutilé pendant la grande guerre »… !

Blaise Cendrars, en effet, a eu le bras droit arraché par un obus, en 1915, lors d’un combat. Ce qui pour la presse brésilienne apparaît donc comme un titre de gloire, a pourtant bien failli l’empêcher de débarquer : le service brésilien de l’immigration refuse l’entrée des handicapés. Une tracasserie cocasse qui sera résolue par l’intervention du milliardaire Paulo Prado, le roi du café. Celui qui a invité Cendrars au Brésil.

L’idée de cette invitation revient à un écrivain, Oswaldo de Andrade et son épouse, la peintre, Tarsila de Amaral qui avaient rencontré Cendrars lors d’un séjour à Paris. Et avaient tout de suite vu en lui, le « chantre de la modernité », le « héros de l’avant-garde littéraire parisienne. » Un costume dans lequel Cendrars ne se sent pas très à l’aise. Mais peu importe. La découverte du Brésil va être un choc pour le poète. A peine débarqué, il est immédiatement séduit par l’accueil chaleureux des Brésiliens et par la force de ce pays tout neuf, débordant d’énergie. Ce pays du nouveau monde, qu’il va appeler Utopialand, et qui lui fera oublier beaucoup de choses : les horreurs de la guerre, les débats stériles des surréalistes parisiens, son expérience ratée de réalisateur de cinéma, aussi ses responsabilités d’époux et de père de famille … Et surtout le voyage au Brésil est pour Blaise Cendrars l’occasion d’une renaissance comme écrivain.

Claude Leroy

Professeur émérite de littérature française à l'université Paris X-Nanterre. Spécialiste de Blaise Cendrars il vient de diriger le livre « Blaise Cendrars. Partir : poèmes, romans, nouvelles, mémoires », qui doit sortir le 13 janvier prochain chez Gallimard dans la collection « Quarto ».

photoLivre

éditeur : Gallimard
parution
Commentaire n°3 posté par balis le 26/01/2011 à 18h22

A voix nue: Mirian Cendrars - France Culture

 


Miriam Cendrars ©

Par Thomas Baumgartner; réalisation Bruno Sourcis.
 

Miriam Cendrars est une passeuse. Elle s'est donné comme mission (à moins qu'elle ne l'ait "reçue" ?) de transmettre le souvenir et l'oeuvre de son père Blaise Cendrars, disparu le 21 janvier 1961.

Blaise Cendrars, c'est l'homme des "Pâques à New-York", du Transsibérien, de "L'Or", de "Moravagine". Blaise Cendrars, le poète moderne qui a écrit "Bourlinguer", "La Main coupée", "L'Homme foudroyé"... Des textes où la vérité des sentiments surpasse la simple vérité des faits, toute secondaire dans cette littérature.

Miriam Cendrars n'a pas connu son père dans son enfance, il avait quitté sa femme Féla au début des années 1920. Elle a pourtant été élevée dans le culte sans réserve de ce père poète, fuyant la famille pour vivre sa vie de bourlingueur. Féla était persuadée de son génie, et elle a transmis cette certitude à ses enfants.

Miriam a retrouvé son père quelques années plus tard, forçant ses réticences. Puis elle l'a accompagné, avant de poursuivre ce dialogue "d'âme à âme" dans le silence, après sa disparition.

En parallèle de cette relation, elle n'a pas oublié de vivre ses vies. Jeune fille au pair à Londres à la fin des années 30, elle se retrouve quelques mois plus tard au micro des Français parlent aux Français, à la BBC. A la Libération, elle entame une carrière de femme de presse, à France Soir, Jeune Maman, Elle... A Londres, elle a rencontré Bertie Gilou, homme d'images, devenu directeur artistique de Réalités et de Connaissance des Arts, père de ses trois enfants : Marine, Thomas (futur réalisateur de "La Vérité si je mens !") et Jean-Baptiste.
Elle voyage. Par exemple à Big Sur, en Californie, en 1948, où elle va à la rencontre d'Henry Miller, grand ami de son père. A Hollywood, où elle se lie d'amitié avec Ava Gardner. Ou encore en Inde en 1952, avec Pierre Lazareff, avec qui elle partage une soif spirituelle qui ne l'a jamais lâchée.

Miriam Cendrars vient de publier une version augmentée de l'essai biographique sur son père : "Blaise Cendrars. La vie, le verbe, l'écriture", Denoël. En même temps, les trois derniers tomes des oeuvres complètes de Blaise Cendrars viennent d'être éditées, toujours par Denoël : "Panorama de la pègre", "Emmène-moi au bout du monde", et "Blaise Cendrars vous parle", version écrite et remaniée de ses entretiens radio avec Michel Manoll.

1/ Le silence
(commençons par la fin).
Quand Blaise Cendrars meurt le 21 janvier 1961, Miriam lui tient la main dans le silence. C'est un retour au silence, car le lien entre Miriam Cendrars et son père Blaise s'est établi dans l'absence. Blaise a quitté sa femme Féla en 1922 pour vivre sa vie de poète. En 1936, Miriam arrive à Paris en auto-stop et vient surprendre Blaise dans le petit hôtel qu'il occupe avenue Montaigne. Un dialogue commence, et se consolide avec les années. Après la disparition de Blaise, il se poursuit dans un nouveau silence.

 

Miriam Cendrars (4/4) - Rediffusion 29 minutes Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile

 

par Thomas Baumgartner; réalisation Bruno Sourcis.5/ "Quelque chose m'était demandé"Blaise Cendrars a eu, surtout à partir des années 40 et de son exil intérieur sur les hauteurs d'Aix en Provence, une aspiration mystique. Fasciné autant par les monstres que par les saints, il a partagé avec sa fille une recherche spirituelle. Retour dans ce dernier entretien sur la disparition de Blaise ...

Littérature

19.01.2011 - A voix nue
Miriam Cendrars (3/4) 29 minutes Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureRecevoir l'émission sur mon mobile

Par Thomas Baumgartner; réalisation Bruno Sourcis. 4/ Une femme de pressePeu de temps après la Libération, Miriam Cendrars retrouve Pierre Lazareff, ami de Blaise croisé à Londres, qui lui confie des missions dans la mise sur pied de France Soir. Elle poursuit ensuite avec le premier journal pour jeunes parents : Votre enfant. Un jour, Hélène Gordon-Lazareff lui fait une proposition qui ...

Commentaire n°4 posté par cendrar3 le 26/01/2011 à 18h26

 

Oeuvres B. Cendrars - Ecrivains voyageurs.net 

   écrivains et voyageurs >> Blaise Cendrars


Faut-il encore présenter ce bourlingueur pour qui la vie errante fut une façon d’être ? La rééditions des oeuvres complètes chez Denoël nous invite à relire ce grand écrivain. Sur cette page : Miriam CENDRARS- Blaise Cendrars, l'or d'un poète. Blaise CENDRARS:  - Au cœur du monde - L'Or -Hollywood, la Mecque du cinéma -

 

Histoires vraies suivi de La Vie dangereuse et de D'Outremer à Indigo

«Après le poète, le romancier, l'essayiste, le voyageur - il faut parler du conteur.» Le conseil de Cendrars à Jacques-Henry Lévesque n'a rien perdu de son actualité: redécouvrons le conteur des «histoires vraies» qui ne se lasse pas d'inventorier la diversité du monde et d'en célébrer les beautés, tout en débusquant à chaque pas la part du mystère. Comme un reporter. Mais alors à la façon d'un Victor Hugo glanant des Choses vues en visionnaire autant qu'en observateur. Pas d'histoire vraiment vraie qui ne révèle la présence de ce qui se dérobe: un passage secret qui conduit dans la Banque d'Angleterre, l'énigme d'une fleur de l'Orénoque, les ombres qui hantent une propriété délaissée du Brésil, l'abîme sans fond des passions amoureuses sous tous les climats.

 

BlaiseCENDRARS - Au Cœur du monde

Les poèmes rassemblés sous le titre " Feuilles de routes " datent de 1924, et ont été rapportés d’un voyage en Afrique et en Amérique du Sud. Après un échec dans les studios de cinéma à Rome, Cendrars traverse l’Atlantique et se rend au Brésil, qui deviendra la " deuxième patrie spirituelle " de l’auteur.

L’EQUATEUR

L’océan est d’un bleu noir et le ciel bleu est pâle à coté
La mer se renfle tout autour de l’horizon
On dirait que l’Atlantique va déborder sur le ciel
Tout autour du paquebot c’est une cuve d’outremer pur

 

Commentaire n°5 posté par cendras4 le 26/01/2011 à 18h31

kkkkkkk

Open Library   http://openlibrary.org/authors/OL127400A/Blaise_Cendrars

 

FICHE PÉDAGOGIQUE (BacdeFrançais) sur le poème:

http://www.bacdefrancais.net/belle.php

-

 Tu es plus belle que le ciel et la mer  

Blaise Cendrars, Feuilles de route, 1924

Quand tu aimes il faut partir
Quitte ta femme quitte ton enfant
Quitte ton ami quitte ton amie
Quitte ton amante quitte ton amant
Quand tu aimes il faut partir

Le monde est plein de nègres et de négresses
Des femmes des hommes des hommes des femmes
Regarde les beaux magasins
Ce fiacre cet homme cette femme ce fiacre
Et toutes les belles marchandises

II y a l'air il y a le vent
Les montagnes l'eau le ciel la terre
Les enfants les animaux
Les plantes et le charbon de terre

Apprends à vendre à acheter à revendre
Donne prends donne prends

Quand tu aimes il faut savoir
Chanter courir manger boire
Siffler
Et apprendre à travailler

Quand tu aimes il faut partir
Ne larmoie pas en souriant
Ne te niche pas entre deux seins
Respire marche pars va-t'en

Je prends mon bain et je regarde
Je vois la bouche que je connais
La main la jambe l'œil
Je prends mon bain et je regarde

Le monde entier est toujours là
La vie pleine de choses surprenantes
Je sors de la pharmacie
Je descends juste de la bascule
Je pèse mes 80 kilos 
               Je t'aime 
             
   

Commentaire n°6 posté par cend5 le 26/01/2011 à 18h44

Google Books

Couverture
La main de Cendrars
Cubierta delantera 
Cendrars, La Passion de l'écriture
--------------------------

Iles de Blaise Cendrars lu par Cendrars lui-même

 http://ning.it/hZF2SO

 

Iles

Iles

Iles

Iles où l’on ne prendra jamais terre

Iles où l’on ne descendra jamais

Iles couvertes de végétations

Iles tapies comme des jaguars

Iles muettes

Iles immobiles

Iles inoubliables et sans nom

Je lance mes chaussures par-dessus bord car je voudrais bien aller jusqu’à vous

Blaise CENDRARS, Feuilles de route (1924)

Commentaire n°7 posté par cendr6 le 26/01/2011 à 18h53

RSR - L'horloge de sable

http://www.rsr.ch/#/espace-2/programmes/l-horloge-de-sable/

Blaise Cendrars, marin d’encre bleue
Écrivain de la modernité aventureuse, Blaise Cendrars est mort il y a cinquante ans à Paris le 21 janvier 1961.

Dès 1912 avec "Pâques à New York", il a ouvert les portes de l’imaginaire poétique du siècle dernier.

Légendaire, cet homme le fut par consentement sinon en pleine conscience. Que n’a-t-on dit sur Cendrars en se trompant le plus souvent. Il faut dire qu’il alimentait volontiers ses mentir-vrai qui sont la marque de tout écrivain. Mais l’énoncé singulier du poète franco-suisse ne doit pas nous faire oublier les envies collectives de la littérature de son temps, attirée par l’ailleurs, le voyage régénérateur et le brouillage des langues.

Sa généalogie vigneronne ancre les origines de la famille Sauser dans l’Oberland bernois et la commune de Sigriswil. Né à La Chaux-de-Fonds le 1er septembre 1887, Frédéric-Louis ne fut pas le cancre épris d’aventures qu’il a bien voulu dire. Plus banalement, il fut pris d’ennui scolaire et fugua à l’âge de dix-sept ans mais pas sans l’assentiment paternel qui confia la formation professionnelle de son rejeton à un bijoutier. La destination de Saint-Pétersbourg était donc commerciale et non poétique même si La Prose du Transsibérien a magnifié ce voyage initiatique à l’Est, effectué par hasard selon ses dires.

Renaître tel un phénix

C’est à New York, esseulé, qu’il conçut en une nuit après l’audition de La Création de Haydn ses Pâques à New York qui passent pour l’un des fondements de l’avant-garde poétique française. La maladie aiguisa l’adresse divine de ce cri et lui souffla le besoin de renaître par l’art, renaître de ses cendres. Il en sorti Cendrars en partance pour un nouvel imaginaire du "je".

En revanche, rien de plus réel, de plus cruel que la rafale de mitraillette qui lui sectionna le bras droit en 1915 sur le front. L’homme à La Main coupée, engagé volontaire dans un régiment de la Légion étrangère par reconnaissance pour la France éditrice de ses poèmes, mettra une année à "gauchir" son écriture et changer de perspective.

S’il n’y avait eu, du côté de Montmartre, la fréquentation des peintres, des artistes, les poèmes de Cendrars auraient-ils été si élastiques, son écriture si dépouillée ? L’avant-garde s’est alliée à la vitesse pour accélérer le sentiment de vivre. Les projections de cette Modernité artistique n’a jamais empêché chez Cendrars une constante transposition de sa vie, au demeurant plus sédentaire qu’il n’a, là encore, bien voulu le dire.

Un de ses amis, l’écrivain belge Albert T’serstevens s’en souviendra dans L’Homme que fut Blaise Cendrars en 1972.

Naviguer, farniente

Contre le mythe de l’écrivain voyageur, T’serstevens avait entrepris de réhabiliter une autre fiction, le mythe du grand écrivain. Cette posture n’eut pas déplu à Cendrars, conscient de sa grandeur mais incapable de la monnayer comme il fallait. Ecrire ? Pour vivre aussi et plutôt pauvrement. Hostile à tout prix littéraire, à toute distinction sans parler de son horreur de tout académisme, Cendrars reçut tout de même avec soulagement le Grand Prix de la Ville de Paris qu’on lui décerna pour l’aider au quotidien. Enfin, survivre car une attaque cérébrale en 1958 l’avait beaucoup diminué. L’Homme foudroyé l’aura été par goût immodéré de la vie, et du petit vin blanc qui le faisait tanguer, bourlinguer dans ses rêveries… pour de vrai. Rêver à ne rien faire, sinon siroter un whisky sur le pont d’un bateau battu par la tempête, telle aurait été, selon ses dires, sa véritable ambition. Heureusement, il n’en fut rien.

  • Un  nouveau mythe. Entretien avec Albert T’serstevens, écrivain belge et biographe de Blaise Cendrars par Paule Chavasse

     (Témoignages, RSR II, 09.02.1974)
  • Origines, nom et voyages. Entretien (1/4) avec Blaise Cendrars à son domicile parisien par François-Achille Roch [extraits]
  • Travail, littérature. Entretien (3/4) avec Blaise Cendrars à son domicile parisien parFrançois-Achille Roch [extraits]

    (Radio-Genève, 01 et 15.09.1954)
  • Au lecteur inconnu. Souvenirs de Blaise Cendrars par sa fille Miriam Cendrars lors du jour du centenaire de sa naissance par Daniel Jeannet [extrait]

    (C’est à vous, Espace 2, 01.09.1987)
  • La Prose du Transsibérien. De Blaise Cendrars dit par Jacques Probst dans une réalisation de Jean-Daniel Mottet et Nicolas Rinuy [extraits]

    (Fiction, Espace 2, 23.11.1997)
  • Pâques à New York. De Blaise Cendrars dit par Serge Reggiani [extrait]

    (Démarge, Espace 2, 08.04.1985)

 

Sur le même sujet
ENTRE LIGNES
Blaise Cendrars aujourd’hui
Commentaire n°8 posté par RSRCEND le 26/01/2011 à 19h05
RFI  -  jeudi 20 janvier 2011
«L’odyssée Cendrars », éditions Ecriture
http://www.rfi.fr/emission/20110120-odyssee-cendrars-editions-ecriture
Par Yvan Amar

«L’odyssée Cendrars », éditions Ecriture. Blaise Cendrars, de son vrai nom Frédéric-Louis Sauser, un écrivain d’origine suisse, est mort il y a 50 ans. Et le livre de Patrice Delbourg nous rappelle à son attention. Blaise Cendrars, profession orpailleur du temps qui passe, le reporter, le poète, le romancier, le poilu, le «manchot» - (La main coupée) -, le cinéaste empêché, l’aventurier, revivent au gré des chapitres de cette « odyssée ». P. Delbourg célèbre ainsi les 26 vies de Blaise Cendrars.

Commentaire n°9 posté par RfiGarcia le 26/01/2011 à 19h15

Blaise Cendrars, du monde entier au coeur du monde

http://www.franceculture.com/2011-01-22-blaise-cendrars-du-monde-entier-au-coeur-du-monde.html

« Toute vie n’est qu’un poème, un mouvement. Je ne suis qu’un mot, un verbe, une profondeur, dans le sens le plus sauvage, le plus mystique, le plus vivant. » écrivait en 1913 Blaise Cendrars, à propos de laProse du Transsibérien.

Près d’un siècle plus tard et tout juste cinquante ans après sa mort à Paris, le 21 janvier 1961, France Culture et la Société des Gens de Lettres s’associent pour une soirée spéciale en public à l’Hôtel de Massa, en hommage au poète, romancier, réalisateur, reporter et globe-trotter de la Vie dangereuse.

 

 

 

 Au programme de ces cinq heures d’antenne à réécouter :

 

 19h-20h : un Mauvais genres, plus atypique encore que de coutume par François Angelier et l’écrivainMathias Énard, s’intéressant au jazz, à Hollywood, la Mecque du cinéma, autant qu’aux prouesses extatiques de Saint Joseph de Copertino voletant devant son autel…

Collaborateurs : Jean-Baptiste Thoret, Antoine Guillot. Réalisation : Laurence Millet.

 

20h-21h30 : l'Emission spéciale de Sophie Nauleau et Cédric Aussir. Un tour du monde, toujours en public, dans l’œuvre et la vie vagabondes de Blaise Cendrars.

Avec Catherine Hiegel, Eric Caravaca, Gabriel Dufay, Claude Leroy, Dominique Le BrunetJohann Riche à l’accordéon… sans oublier des voix d’archives extraites des treize entretiens radiophoniques avec Michel Manoll (1950), pour suivre Blaise Cendrars jusqu’au bout du monde.

 

21h30-22h : Jusqu’à la lune et retour d’Aline Pailler. Résonance de l’œuvre de Blaise Cendrars chez des adolescents de 2011 par le biais d’une rencontre avec les élèves du lycée Polyvalent Blaise Cendrars de Sevran. Ils nous diront des textes écrits dans le cadre scolaire sur l’œuvre de Blaise Cendrars ou des productions plus personnelles à travers des textes de slam.

 

22h-23h : Les Affinités électives de Francesca Isidori. Entretiens avec trois auteurs d’aujourd’hui,Michel Layaz, Philippe Djian et Olivier Rolin, qui évoquent leur rapport avec l’œuvre de Blaise Cendrars.    

 

23h-24h : Fiction, « L’Or de Suter ». Scénario inédit de Sergueï Eisenstein d'après "L'Or" de Blaise Cendrars, traduit du russe par Gérard Conio, dit par Tchéky Karyo dans une réalisation de Cédric Aussir.

L’Or de Suter était, selon Chaplin, le plus beau scénario de film jamais écrit. Un scénario jamais tourné par Eisenstein, mais dont les didascalies et la symphonie des sons des chercheurs d’or, qui tourne à l’ivresse, en font le plus radiophonique des scénarii maudits…

Commentaire n°10 posté par cendrars8 le 28/01/2011 à 20h13

SOIRÉE SPÉCIALE - FRANCE CULTURE

Mauvais genres  -    par François Angelier

Ecoutez l'émission 59 minutes

Cendrars

22.01.2011 - 19:00

 

En ouverture d'une soirée spéciale consacrée, par France Culture, à Blaise Cendrars, Mauvais Genres s'est joint au choeur pour délivrer une vision atypique de l'auteur de "Rhum" et de "Bourlinguer". Cendrars y sera, en effet, saisi sous l'angle de la mystique (les lévitations de saint Joseph de Copertino), du jazz (un spectacle tiré du roman "L'Or", visible jusqu'en févrieret accompagné par l'harmioniciste Jean Jacques Milteau) du cinéma (Cendrars, reporter à Hollywood en 1936) et de la langue martienne (???).

haut les coeurs et taillons la route !

 avec la collaboration et les voix de  Mathias Enard, Jean Jacques Milteau, Jean-Baptiste Thoret et Antoine Guillot.

-----------------------

Soirée spéciale Blaise Cendrars

Ecoutez l'émission 89 minutes

Soirée enregistrée en public à l’hôtel de Massa,  de la Société des Gens de Lettres, 38 rue du Faubourg Saint Jacques 75014 Paris à partir de 19h30 le vendredi  21 janvier 2011, jour anniversaire des 50 ans de la mort de Blaise Cendrars.

« Toute vie n’est qu’un poème, un mouvement. Je ne suis qu’un mot, un verbe, une profondeur, dans le sens le plus sauvage, le plus mystique, le plus vivant. » Écrivait en 1913 Blaise Cendrars, à propos de laProse du Transsibérien.

Près d’un siècle plus tard et tout juste cinquante ans après sa mort à Paris, le 21 janvier 1961, France Culture et la Société des Gens de Lettres s’associent pour une soirée spéciale en public à l’Hôtel de Massa, en hommage au poète, romancier, réalisateur, reporter et globe-trotter de la Vie dangereuse.

Au programme : 

20h-21h30 : Un tour du monde, toujours en public, dans l’œuvre et la vie vagabondes de Blaise Cendrars. Par Sophie Nauleau et Cédric Aussir.

Avec Catherine Hiegel, Eric Caravaca, Gabriel Dufay, Claude Leroy, Dominique Le Brun etJohann Riche à l’accordéon… sans oublier des voix d’archives extraites des treize entretiens radiophoniques avec Michel Manoll (1950), pour suivre Blaise Cendrars jusqu’au bout du monde.

Commentaire n°11 posté par CEndrar9 le 29/01/2011 à 19h01

SOIRE SPÉCIALE (3)

Jusqu’à la lune et retour    par Aline Pailler

en Seine St Denis au lycée polyvalent Blaise Cendrars de Sevran, avec quelques élèves et leur professeur de lettres ; Madame Christine le Gall.

Les élèves ont lu une biographie assez précise de l'écrivain et donc connaissent les principaux événements de sa vie, notamment l'explication du pseudonyme Blaise Cendrars.

Aux cours des années, certaines activités ont tourné autour de Blaise Cendrars : participation d'une classe aux jeux poétiques de la ville de Vannes, en relation avec le thème du poète voyageur ...une année quelques élèves ont écrit des textes sur des épisodes de la vie du poète, ces exercices scolaires permettent au fil des ans d'étudier des extraits de son œuvre.

- Au cours de l’émission des lectures de textes écrits par les élèves qui participent par ailleurs au concours de nouvelles d'Etonnants voyageurs de St Malo 2011.

- Lectures de quelques textes des poèmes sur les voyages, tirés du recueil "Du monde entier", de la "Prose du Transsibérien", du roman "l'Or", de "Bourlinguer" ...

- Analyse de ces textes et une réaction personnelle concernant le thème du voyage, 

la modernité et la poésie.

- Un exercice de réécriture à partir d'un ou plusieurs poèmes ...donc Blaise Cendrars revisité par des jeunes gens de 2011...

--------------------------

Affinités électives     par Francesca Isidori

A l'occasion de l'anniversaire de sa mort et de la soirée que lui consacre France Culture,
Francesca Isidori reçoit Philippe Djian, Olivier Rolin et Michel Layaz, trois auteurs pour saluer l'oeuvre et la mémoire de Blaise Cendrars.

---------------

"L'Or de Suter" de Sergueï Eisenstein d'après Blaise Cendrars

Ecoutez l'émission

Un scénario inédit d’Eisenstein, traduit du russe par Gérard Conio, dit par Tchéky Karyo dans une réalisation de Cédric Aussir.

L’or de Suter était, selon Chaplin, le plus beau scénario de film jamais écrit. Un scénario jamais tourné par Eisenstein, mais dont les didascalies et la symphonie des sons des chercheurs d’or, qui tourne à l’ivresse, en font le plus radiophonique des scénarii maudits…

Thème(s) : Création Radiophonique| Cinéma| Littérature Française| Blaise Cendrars

http://www.franceculture.com/emission-fictions-perspectives-contemporaines-l-or-de-suter-de-serguei-eisenstein-d-apres-blaise-cen







Apollinaire Daudet Hugo Marivaux Perrault Rousseau Verlaine
Balzac Desnos Ionesco Maupassant Perse Sade Jules Verne
Baudelaire Duras Jarry Mérimée Prévert Saint-Exupéry Boris Vian
Beaumarchais Fénelon Labé Molière Proust Sand Villon
Beauvoir Flaubert La Bruyère Montaigne Queneau Sartre Voltaire
Beckett Gautier La Fontaine Montherlant Rabelais Mme de Sévigné Yourcenar
Camus Genet C. de Laclos Montesquieu Racine Mme de Staël Zola
Chateaubriand Gide Lautréamont
Rimbaud Simon
Chr.de Troyes Giono Le Clézio Moyen-Age Robbe-Grillet Stendhal  
Albert Cohen Giraudoux Malherbe Musset   Surréalisme XXème Siècle
Colette Goncourt Mallarmé Nerval Romantisme Tournier XXIème Siècle
Corneille   Malraux Pagnol Ronsard Valéry


Anouilh Cendrars Gary Maalouf Nothomb Pinget Sagan
Aragon Char Glissant Makine Obaldia Queffélec Sarraute
Artaud Claudel Gracq Mauriac Ollier Réda Semprun
Bernanos Cocteau Green Merle Péguy PJ.Rémy S.Senghor
Bobin Eluard Houellebecq Michaux Pennac Ramuz Sollers
Butor A.Fournier Haldas     Rinaldi Supervielle
Castillo A.France Le Clézio Modiano Perec Rouart Troyat
Céline Gainsbourg Loti Montherlant Ponge Sabatier


LITTÉRATURE FRANCOPHONE VIDÉOS - ARCHIVES INA